Culture en communauté à Suchitoto

Propos recueillis par Sergio Alfaro Rodríguez

 

Paula Heredia

Suchitoto, El Salvador


CASA CLEMENTINA est une organisation à but non lucratif fondée en 1996 par Paula Heredia, d’origine salvadorienne, et son mari et partenaire commercial new-yorkais et argentin, Larry Garvin. Avec des bureaux à Suchitoto et à New York, la mission de Casa Clementina est de développer des projets qui se servent de la technologie, du cinéma, de la télévision et de la radio pour la formation intégrale des individus, des jeunes et des adultes. Depuis 2013, la Fondation Casa Clementina organise le Festival International du Cinéma de Suchitoto (Le FICS). Lors de son édition 2018, le festival a mis la France en honneur en tant que pays invité. À cette occasion, l’Alliance Française de San Salvador a négocié les droits de diffusion de l’intégrale des films de Jacques Tati pour l’inclure dans la programmation du FICS.

Paula Heredia est une célèbre réalisatrice de cinéma, de radio et de télévision. Son travail a été récompensé par des prix internationaux, dont l’Emmy Award de l’Académie américaine des arts et des sciences de la télévision. Suchitoto est situé dans le nord du pays, à 47 km de la capitale salvadorienne et compte environ 25 000 habitants. Son modèle économique est actuellement basé sur le tourisme culturel. Or, dans la période d’après-guerre, lorsque Casa Clementina a été fondée, les offres culturelles et le développement touristique étaient presque inexistants. Aujourd’hui, Suchitoto s’épanouit grâce à son offre culturelle.

🟢 Qu’est-ce que Casa Clementina ?

La Fondation Casa Clementina est une organisation à but non lucratif qui est née après la guerre du Salvador, dans le but de promouvoir la connaissance et l’utilisation de l’audiovisuel comme outil de développement culturel du pays. Les Accords de Paix ont été signés en 1992 et deux ans plus tard, nous avons commencé à organiser des séminaires, des ateliers et des rencontres internationales qui ont directement contribué au développement des cinéastes salvadoriens et centraméricains qui, aujourd’hui, représentent fièrement la région avec leur talent et leurs productions.

La Fondation a commencé son travail à New York et à San Salvador, mais il y a 18 ans, elle a installé son siège social à Suchitoto en adoptant le concept de «culture en communauté».

🟢 Quels sont les programmes que Casa Clementina propose-t-elle à la communauté ?

Le travail de la fondation se caractérise par des collaborations entre artistes, artisans et personnes issues de différents corps de métier, tels que des charpentiers, des forgerons et des agriculteurs. En utilisant les métiers et les compétences de chacun, de nouveaux produits sont conçus, dont les ventes profitent au travail de chacun. Le but étant de construire une économie communautaire durable.

Le programme «Jóvenes de Suchitoto» (Les Jeunes de Suchitoto) a débuté en 2005 avec 6 participants et depuis, des centaines de jeunes travaillent, se forment et mettent en pratique leurs connaissances et compétences dans les domaines de la production, de la logistique, de la cuisine, de l’administration, de la comptabilité, du service à la clientèle et du tourisme. Ces jeunes mettent en application leur savoir-faire à travers nos programmes, dont le Festival International du Cinéma de Suchitoto (FICS), la boutique et la galerie ArtLab, «Las Damas de los bordados» (les Dames de la broderie) et le New York Café.

🟢  Quel est le modèle de fonctionnement de Casa Clementina ?

Casa Clementina a une politique de porte ouverte. Au sens propre, la porte s’ouvre à 6 heures du matin et se ferme le soir. C’est un espace où les jeunes, les enfants et l’ensemble de la communauté se sentent en sécurité et où ils ont accès à des privilèges rarement partagés, notamment celui de pouvoir profiter du paysage et de la nature.

En semaine, la maison est utilisée pour nos programmes, qui incluent des enfants travaillant à la conception et à la construction de jouets en carton recyclé, des activités ludiques et des jeux électroniques éducatifs ; trois générations de femmes qui se réunissent pour broder, raconter des histoires, rire, pleurer, faire des économies et développer de nouveaux produits pour la boutique. Le groupe ArtLab, en collaboration avec les artistes en résidence Ivette Guardado et Melvin Nerio, développe des projets spéciaux. Par exemple, avec les dames, nous avons monté le projet «Expression et mémoire», dans lequel les femmes utilisent des photos personnelles imprimées sur des tissus pour raconter leur propre histoire et intervenir sur leur broderie. Ce travail alimentera éventuellement les expositions de la galerie ArtLab.

Parmi les autres activités, citons les pratiques internes d’arts martiaux (tai-chi, chi-kung et Pa- Kua), les ateliers culinaires pour le menu du New York Café, la formation pour les événements spéciaux du festival FICS : la préparation et la construction du tapis rouge en sciure, l’hébergement et les soins des visiteurs, les essais techniques de son et d’image, etc.

Cette année, le festival adopte une nouvelle formule de «Cinéma sous les étoiles», pendant l’été dans les jardins de Casa Clementina. Les projections de films auront lieu entre novembre et avril, y compris la grande soirée de gala avec son traditionnel tapis rouge, qui a lieu cette année le 26 novembre et qui présente en première exclusive le film salvadorien d’une ancienne élève des programmes cinématographiques de la fondation, Brenda Camina Vanegas.

🟢 À quels publics vous adressez- vous en priorité ?

La Fondation s’est consacrée à travailler avec la population jeune et adulte de Suchitoto, en renforçant le tissu social et en procurant des connaissances dans les domaines de la production, le management, la gestion de petites entreprises dans le domaine des arts, le tourisme et les arts culinaires, ainsi que le développement, la production et la vente de nouveaux produits artistiques et artisanaux, en tirant parti des métiers et des talents de la population locale. Nous cherchons à construire des modèles qui puissent être reproduits. Nos expériences et notre méthodologie sont adaptables aux communautés intéressées par un développement organique pour la construction d’une société basée sur la paix, l’art et la culture.

🟢 Comment est née cette idée ?

Le nom de la fondation rend hommage à l’écrivaine et muse Clementina Suárez, une femme qui, en plus d’être reconnue pour sa poésie, est également connue en tant que mécène des arts et pour avoir aidé de nombreux peintres de son époque.

Son portrait a été réalisé par plus de 100 peintres latino-américains, dont Diego Rivera (Mexique), Francisco Amighetti (Costa Rica) et José Mejía Vides (Salvador). Avec son exemple de femme d’avant-garde, Clementina était ma tante et elle a influencé mon parcours en tant que femme.

🟢 Quels sont les plus grands défis de Casa Clementina ?

Comment répondre aux besoins sociaux fait partie des défis auxquels nous sommes confrontés au quotidien, mais les défis économiques sont également à prendre en considération. La Fondation ne reçoit pas de soutien financier de la part d’institutions gouvernementales et, bien que de petites contributions d’organisations internationales aient aidé à l’exécution de projets, le défi consiste à concevoir des pratiques génératrices de profits pour parvenir à un modèle autosuffisant. Nous pensons que les organisations à but non lucratif peuvent avoir un impact sur l’économie des individus et des communautés en trouvant leur place dans le marché formel selon les principes de l’économie orange.

🟢 Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

Continuer à travailler en tant que communauté pour construire le type de société dans laquelle nous rêvons tous de vivre.

5/5

Articles Similaires

ÉDITION PLURILINGUE, La revue digitale d’Alliances Sonores

Accès direct aux articles

Pays

Plus d'articles

No more posts to show

Mots-clés

Voir la revue en ligne

Voir le pdf complet

Plus d'articles

Revuevox La revue digitale.

México

Guatemala

El Salvador

Panamá

GALERIE PHOTOS