La Chispa: un lieu culturel au milieu d’un quartier historique de Medellin

Propos recueillis par Pierre Morales

 


La Chispa est un lieu culturel située dans le quartier de  Prado Centro, un quartier historique de la ville de Medellín. Elle a une histoire très particulière car elle a subi de nombreux changements au cours de son histoire. À partir de 1926, de luxueuses demeures ont été construites pour les industriels de la ville, Prado étant le quartier le plus riche de Medellín. Dans les années 1970 et la construction de l’Avenue Oriental (l’avenue principale du centre de Medellín) ainsi que la croissance de la population, Prado Centro est maintenant situé dans une zone plus populaire mais a la particularité d’être une zone protégée en raison de son style architectural.

«La maison elle-même est frappante, elle fait partie du patrimoine architectural de la ville et du quartier, Prado-centro est l’endroit où toute la ville de Medellín est née.

🟢 Comment est née l’idée de créer La Chispa ?

La Chispa est issue du mouvement social et culturel local, mais de plusieurs manières. Les personnes qui ont réellement lancé la fondation ont réfléchi selon des axes transversaux : l’art pour la transformation sociale, la paix et la résolution des conflits, la relation entre la campagne et la ville ainsi que l’agroécologie. Des personnes travaillaient dans ce sens depuis de nombreuses années. La chispa était un espace de rencontre pour le mouvement lui-même, pour parler de ces lignes, et c’était aussi le siège principal dans le centre de Medellín. En réalité, l’idée est de disposer d’un espace de rencontre où nous pouvons avoir ces dialogues, peut-être difficiles, afin de provoquer une transformation sociale. C’est aussi un espace ouvert au public, la communauté du quartier elle-même peut faire des travaux communautaires pour l’utilisation de l’espace, ils peuvent venir présenter leurs œuvres artistiques, des clubs de conversation et des dialogues sur la politique. La Chispa est née en 2016 et nous avons ouvert la maison en 2017, ce qui s’inscrit dans le contexte des accords de paix avec les FARC. L’idée est de réfléchir à la manière dont nous allons amener ces lignes transversales dans la vie quotidienne de la ville de Medellín et maintenir un espace où nous serons toujours présents. Depuis que je suis ici (10 ans), les collectifs sont souvent dans des espaces loués ou sans espace, se déplaçant et essayant de construire des réseaux, d’avoir des espaces de dialogue, ce qui historiquement a été très difficile ici, surtout en ce qui concerne ces questions. Pour pouvoir parler de la guerre, on ne peut pas le faire n’importe où.

🟢 Ce bâtiment est situé dans un quartier historique de Medellín, avec beaucoup d’histoire. Pourquoi avez-vous décidé de vous installer dans ce lieu particulier ?

La maison elle-même est frappante, elle fait partie du patrimoine architectural de la ville et du quartier, Prado-centro est l’endroit où toute la ville de Medellín est née. Il s’agit d’un lieu historiquement important pour la ville, mais aussi, en ce moment, d’un acte politique consistant à ouvrir une maison qui, auparavant, était réservée à une famille très riche, mais qui est toujours conservée comme un lieu de vie. Dans le quartier, beaucoup de ces maisons appartiennent à des institutions, elles ont démoli ce qui était pertinent sur le plan architectural de la maison ou l’ont totalement transformé, une clinique, un foyer… qui ne reflète pas l’histoire de l’espace, et qui n’est plus dans le même contexte de ce qu’est et était le quartier. Prado est également important en raison de son mouvement culturel dans la ville. Lorsque nous sommes arrivés ici, nous avons également découvert un réseau de personnes, de collectifs et d’institutions du quartier qui travaillent également dans le domaine des arts et de la culture. Depuis que nous avons commencé, nous faisons partie de la table ronde culturelle du Prado et nous essayons de travailler en réseau, bien que tous les espaces aient leurs différentes tâches, mais parce que nous habitons le même territoire, il s’agit de se concentrer sur un espace patrimonial de la ville : comment nous allons l’habiter, qui sont les artistes, quelles sont les propositions politiques, dans cette partie de la ville qui a été si importante historiquement et aussi aujourd’hui. Comment allons-nous récupérer un sens politique de la communauté dans le quartier du Prado ?

🟢  ¿Quelle a été votre relation avec les habitants d’El Barrio Prado et comment votre offre culturelle a-t-elle été accueillie ici ?

Je pense que le processus a été lent. Peut-être à cause de ce qu'on a dit dans la question précédente, du coup ce n'est pas le plus courant (même si ça l'a été avec le temps), il y a 5 ans peut-être il n'y avait pas tellement d'espaces culturels dans le quartier, ou certains mais ils sont très éloignés. Je pense que le quartier lui-même s'adapte à peine à cette dynamique : avoir accès à une maison qui appartenait à une famille riche. Ces endroits sont considérés comme plus inabordables. Je pense qu'on a essayé depuis le début de distribuer des flyers dans tout le quartier, on est allé dans les immeubles, dans les maisons en invitant beaucoup de monde. Il est conçu comme un espace pour la ville mais avec un grand désir pour le quartier de sentir que c'est aussi une maison pour eux. L'une des principales stratégies a été que la maison ait ses portes ouvertes et qu'elle puisse être habitée en venant ici patcher, lire, parler, habiter le quartier de manière récréative, culturelle et artistique. Nous voulons toujours maintenir un équilibre entre des événements ayant une valeur, mais aussi des événements avec une contribution volontaire, afin que précisément Prado, qui est habité par des personnes de couches si différentes, puisse accéder à la maison. Peut-être que le rattrapage du quartier a été plus lent qu'on ne le pensait, mais je pense qu'on reste avec des familles très proches qui viennent très souvent. Étrangement mais magnifiquement, de plus en plus de gens dans le quartier s'en rendent compte, même après 5 ans que nous sommes ici, alors ça continue comme quelque chose en construction.
Aussi, la « table culturelle du Prado » (association des entités culturelles du quartier du Prado) est du quartier et il y a de nombreuses entités avec lesquelles nous travaillons depuis tout ce temps. Il faut reconnaître que nous sommes en pandémie depuis 2 ans, nous avons donc démarré le projet et fermé 2 années pleines. De nombreux acteurs culturels, politiques et sociaux du quartier du Prado ont définitivement fermé leurs portes entre 2020 et 2022. Nous sommes donc au même endroit, mais il y a un énorme changement entre les entités qui sont autour, entre celles qui sont encore là et celles qui ne sont pas. J'ai l'impression que chaque année, il y a eu des transformations, peut-être plus importantes qu'à d'autres moments de l'histoire que la Colombie a connues entre 2016 et 2022, qui sont beaucoup de choses très fortes. De plus, en raison de l'endroit où nous sommes situés, nous prenons beaucoup du quartier de Boston, car nous sommes juste à la limite ici. Donc, il y a des gens qui habitent à quatre pâtés de maisons du Prado ou de Boston et qui n'ont pas vu la maison, ils passent chaque jour sans savoir qu'ils peuvent entrer, et c'est toute une façon de penser comment faire entrer les gens.

🟢 La Chispa propose une variété impressionnante d’activités (théâtre, concerts, conférences, café-restaurant ….), mais laquelle vous représente le plus ?

Comme les lignes sont transversales, il n’y a pas une seule activité qui nous représente, mais plutôt cette ligne transversale d’éducation culturelle et d’enseignement. Nous sommes toujours en dialogue avec tout ce qui nous entoure. Par exemple, la cuisine fait partie de la culture, de la façon dont nous cuisinons, d’où elle vient, ce qui est l’idée de la relation entre la ville et la campagne. C’est en particulier par la poésie que découle notre proposition artistique. Nous n’organisons pas notre agenda en fonction de l’activité, mais plutôt autour de cette vision pédagogique politico-sociale que nous donnons à cette maison. Tout ce que nous voyons dans l’agenda culturel peut être tissé ensemble pour créer un dialogue de transformation.

🟢 Je comprends que La Chispa est très ouverte sur le monde et que vous avez un programme de volontariat international, pouvez-vous m’en dire un peu plus ?

Nous avons 3 façons différentes pour les personnes venant de l’étranger de se connecter à la maison. L’un d’eux provient d’une plateforme appelée Worldpackers, qui consiste en un échange de travail permettant de bénéficier d’un logement et de nourriture. Les personnes qui veulent faire un échange et rester ici postulent par le biais de cette plateforme. Nous avons également un programme de volontariat, pour les personnes qui viennent dans la ville, qu’elles soient nationales ou internationales, et qui veulent donner des heures, en fonction de ce qu’elles savent faire, et elles peuvent nous faire leurs propres propositions. Par exemple, un communiquant peut nous dire qu’il souhaite travailler 5 heures par semaine, et nous organisons ce type d’échange avec l’équipe. Nous avons également un programme d’artistes internationaux en résidence. Il s’agit d’un programme payé, dans le cadre duquel les personnes qui viennent restent entre 1 et 4 mois, et doivent nous présenter une candidature pour être artistes en résidence. Ils peuvent venir de différents pays, travailler, faire des recherches sur un sujet lié à nos 3 lignes transversales. Certains sont des artistes visuels, d’autres des romanciers, des musiciens. Ils restent un certain temps dans la maison et cette personne décide si elle veut présenter un projet dans la galerie, donner une conférence, ou non. Il y en a qui viennent à la Chispa, travaillent sur leur projet, sur leur roman, et ne veulent pas qu’on leur parle (elle rit). Mais en général, les personnes qui viennent en résidence sont intéressées à habiter l’espace et à pouvoir en tirer parti.

🟢 Contrairement à votre ouverture internationale, l’un des projets de Chispa est de promouvoir les relations entre la campagne et la ville. Pensez-vous qu’il est possible d’être situé et présent localement tout en ayant un programme international ?

Oui, car les lignes transversales que nous avons sont des lignes sur lesquelles on travaille dans le monde entier. Évidemment, le contexte change, mais parler de la campagne et de la ville dans le monde entier est une thématique actuelle sur la nature, la monoculture, l’industrie, et ce n’est pas seulement en Colombie. Nous nous concentrons sur ce territoire parce que nous l’habitons, mais un lieu culturel en France peut travailler sur les mêmes questions, ou les questions de migration par exemple, mais aussi dans un contexte local. Nous devons tenir compte du contexte local dans ce que nous faisons, car il s’agit d’une maison communautaire. Nous devons voir comment nous pouvons créer des alliances avec des personnes du monde entier, qui travaillent sur les mêmes questions politiques (paix et résolution des conflits, agro-écologie), qui ne sont pas seulement travaillées en Colombie. L’art et la culture ont évidemment leurs côtés très locaux mais aussi internationaux, de l’humanité en général, en termes de construction au quotidien…

Je pense que c’est aussi la façon dont nous promouvons et proposons les activités alternatives dans cette maison. Si les gens viennent d’ailleurs, ce n’est pas pour faire du tourisme, pour venir dans la ville à partir des lieux que le tourisme place, mais à partir de contextes plus réels (ce qui est peut-être un mot très osé), plus proches de la réalité du quartier, de la ville et du pays. C’est la façon dont nous réfléchissons avec ces personnes qui arrivent aussi, nous partageons les découvertes, les itinéraires, nous faisons des comparaisons. L’idée est d’ouvrir cette maison pour apprendre à connaître la ville de façon plus réaliste.

🟢 Ce nom, la Chispa, a une signification importante, car tout peut partir d’une étincelle. Quelle serait la finalité de cet espace culturel ?

: Je pense qu’il y a un lien étroit avec la première question, et bien que cela n’ait pas été pris en compte dans le choix du nom, je pense que c’est cela en résumé. Toute personne qui arrive, tout processus, peut trouver ici une étincelle pour allumer ce feu ou le maintenir allumé s’il l’est déjà. Nous sommes ici pour fixer des rêves collectifs et personnels, comme une étincelle, mais aussi comme une étincelle pour les rêves et les projets des autres.

🟢 La Chispa est un espace culturel considéré comme alternatif en raison de sa manière différente d’apporter la culture à son public. Quelle est, pour vous, la définition d’un lieu alternatif ?

Je pense que l’un des principaux éléments est cette intention très forte d’ouvrir un espace de dialogue sûr dans lequel vous pouvez parler en toute confiance. Cela fait partie intégrante de la manière dont La Chispa est considérée comme un lieu alternatif. D’une manière plus générale, je pense que la ville est très diversifiée et que Medellín l’est de plus en plus, mais il existe certains monopoles, certaines propositions d’agenda programmé qui sont très axées sur certaines choses, très conformes à ce que le système et la société proposent, où ils veulent que les gens se mobilisent. Nous cherchons à être alternatifs en cela, avec quelle musique nous habitons la maison, alternative à la proposition que nous pouvons avoir dans la ville. Avec quelles réflexions, avec quels ateliers, quels espaces, quelle nourriture et d’où elle vient. Sur la base de ces convictions, en tant qu’équipe, nous avons réfléchi et réfléchissons encore à la manière dont nous rêvons de la vie et à la manière dont nous pouvons mettre ces alternatives de vie au service et à l’ouverture de la ville.

L’espace a ceci de particulier qu’il est habité par des personnes très diverses, ce qui se ressent dans les activités. Cela signifie qu’un jour nous pouvons avoir une foire de fanzines anarchistes et l’autre un laboratoire de musique traditionnelle, un cours de yoga-théâtre… Ces personnes viennent à ce qu’elles sont appelées à faire, mais elles reviennent à l’espace après avec leurs amis ou avec d’autres personnes et ces populations commencent à se rencontrer dans l’espace même si parfois ce n’est pas pour venir à un événement spécifique. Nous voulons un espace où les gens peuvent se rencontrer avec différentes personnes, évidemment avoir une proposition artistique très politique pour que les gens puissent quitter cet espace et qu’un changement puisse être remarqué et qui amène les gens à réfléchir un minimum. Je pense que c’est ce qui fait de La Chispa un espace différent par rapport aux autres propositions culturelles et artistiques de la ville.

🟢 En tant que lieu alternatif avec un café autogéré, à quoi ressemble le processus de décision ?

La Chispa a un conseil d’administration qui est composé de personnes de la même équipe, de volontaires qui sont recommandés pour participer au conseil. Chaque année, nous renouvelons le conseil d’administration, c’est-à-dire les bénévoles et l’équipe de travail qui prennent les décisions sur la façon dont nous voulons aller de l’avant. Comme c’est la même équipe, que nous nous voyons tous les jours et que nous nous voyons au fur et à mesure, nous essayons de prendre des décisions très fortes quatre fois par an, et s’il y a un gros changement, nous essayons de le faire dans un délai précis. Puis, semaine après semaine, nous prenons les décisions plus logistiques lors de réunions d’équipe.

Oui, le processus de décision est toujours collectif, nous proposons des idées et en discutons ensuite. Culturellement, une personne est chargée de l’agenda en tant que tel, bien qu’une proposition puisse venir de n’importe qui dans l’équipe. D’autre part, nous devons penser aux espaces auxquels nous allons proposer des collaborations, nous sommes très conscients de ce qui se passe dans la ville, comment nous allons ouvrir un espace pour toute proposition qui se connecte à nos valeurs et que nous voulons rendre visible dans la maison. Nous sommes toujours ouverts aux propositions qui nous parviennent. Il existe un formulaire sur le site web (https://lachispa.co/es/propuesta-comunitaria/) que toute personne ou institution peut remplir et qui permet de faire une proposition communautaire pour l’utilisation de l’espace. C’est de là que viennent les propositions externes. De plus, comme nous le faisons depuis plusieurs années, nous avons des événements mensuels fixes (La Chispa en la garganta, qui concerne les auteurs-compositeurs-interprètes, Salsábados, Vecias, qui parle des autres régions du pays qui ne sont pas d’Antioquia ou de Medellín, des ateliers sur la violence de genre, et aussi toutes nos offres pédagogiques).

🟢 Quels sont les objectifs de cette maison de la culture et quelles sont les prochaines étapes pour l’avenir ?

Cela m’amène à penser de deux façons. Si j’y réfléchis de plus près, je pense que, bien qu’il se passe beaucoup de choses dans cet espace, certains fronts ont une certaine force, à savoir Canto vivos (un projet musical, lié à la pédagogie et à la créativité), le programme artistique intégré, les résidences et le café. Par exemple, avec Canto vivo, nous avons déjà enregistré deux albums et nous pensons enregistrer un troisième album, pour voir comment nous pouvons nous étendre un peu plus, voyager, faire connaître ces trois albums. Avec le programme des arts intégrés, la deuxième phase arrive. La première était le test pilote et nous prévoyons une deuxième phase. Avec les résidences artistiques, quelques artistes très intéressants viennent et nous voulons continuer à faire connaître la maison dans ce sens. Avec le Café El Arrebato, nous sommes en train de changer et de consolider le menu, comment nous continuons à renforcer les producteurs, à produire des aliments sains pour nous et pour l’environnement, nous voulons penser la nourriture comme un acte politique. Cela nous amène à l’autre, plus que les autres étapes, La Chispa est à un point où il est très clair en ce moment quels sont les projets qui ont déjà de la force et comment nous allons donner plus de force aux autres projets qui en ont besoin, afin que nous puissions entrer dans une étape qui est peut-être plus constante, économiquement plus viable pour la maison mais aussi pour l’équipe.

Un espace d’échange comme celui-ci a toujours besoin de plus de personnes pour le soutenir, mais aussi pour participer aux événements, concerts, cours, ateliers… L’espace est génial, la programmation aussi et il y a beaucoup de gens qui vivent à proximité et qui ne savent pas que nous sommes ici et ce que nous faisons, qui aimeraient aussi faire leurs propositions et habiter l’espace. Après cinq ans, je suis surpris que des gens viennent encore des environs qui ne connaissent pas la maison parce que nous sommes là tous les jours depuis si longtemps. C’est comme une oasis dans la ville, et ce qui se passe ici ne se passe pas à cinq rues de là ou dans d’autres espaces, et nous pensons qu’il est très important que les gens puissent s’approprier l’endroit et apprendre à connaître tout ce que nous faisons.

5/5

Articles Similaires

ÉDITION PLURILINGUE, La revue digitale d’Alliances Sonores

Accès direct aux articles

Pays

Plus d'articles

No more posts to show

Mots-clés

Voir la revue en ligne

Voir le pdf complet

Plus d'articles

Revuevox La revue digitale.

México

Guatemala

El Salvador

Panamá

GALERIE PHOTOS