LA COOPERATIVA: INSPIRATIONSCOMMUNAUTAIRES ANCESTRALES AU SERVICE DE L’ART CONTEMPORAIN DOMINICAIN

Entrevista por Marion Lecardonnel

Avec cette nouvelle façon de penser le monde culturel, l’association dominicaine La Cooperativa vise à revenir à la définition de la solidarité et de la coopération spontanée avec les artistes. Une autre façon de créer et de penser, avec les autres, son avenir, son travail, ses rêves. Les codirecteurs, Yina Jimenez Suriel, conservatrice, et Engel Leonardo, artiste multidisciplinaire, nous en disent un peu plus sur cette initiative

🟡 Comment définiriez-vous les objectifs de La Cooperativa, en quelques mots?

La Cooperativa est une association de travailleurs du circuit dominicain d’art contemporain, avec un esprit coopératif, qui vise à mettre en commun les ressources, gérer le soutien mutuel et solidaire pour répondre aux besoins de notre communauté, et générer des espaces pour la construction de connaissances collectives. Nous pensons qu’une partie importante de ce qui nous définit sont les relations qui nous constituent.

🟡 Nous ne pouvons pas parler de l’impact de la pandémie sur La Cooperativa parce que cette initiative est issue de la pandémie, mais pouvez-vous nous dire pourquoi est-elle née pendant la crise et de quoi vous êtes-vous inspirés?

La Cooperativa est née de l’intérêt de nous soutenir en tant que communauté, en l’absence d’une réponse du système artistique officiel, pour répondre aux besoins et aux défis auxquels nous sommes confrontés en raison de la récession actuelle, résultant de la crise sanitaire. Cependant, nous avons toujours été conscients que nous continuerions à travailler au-delà de la pandémie car nous comprenons que l’état de crise n’est pas nouveau dans le circuit de l’art contemporain dominicain, mais plutôt une constante avec laquelle nous avons appris à exister. Pour améliorer notre fonctionnement, nous nous inspirons des modèles paysans agricoles coopératifs du pays et de la région insulaire et continentale des Caraïbes, mais aussi des dynamiques communautaires populaires, du convite (regroupement). Par exemple, au sein du convite, également connu sous le nom de conseil d’administration, une personne de la communauté convoque ses voisins, famille et amis pour réaliser un travail. En échange elle s’engage à leur retourner l’aide pour une activité similaire à venir ou d’intérêt généra C’est un accord verbal et de bonne foi, à partir duquel ils n’ont pas besoin d’embaucher de main d’œuvre, puisqu’ils ont à disposition les outils et la force de travail de la communauté.

🟡 Comment êtes-vous organisés maintenant, comment fonctionnez-vous?

La Cooperativa est co-dirigée par la commissaire Yina Jiménez Suriel et l’artiste Engel Leonardo. Le projet fonctionne par cycle ; un ensemble d’actions avec des mécanismes et des buts différents mais toujours alignés sur les objectifs généraux de l’initiative. Le premier cycle était composé de 24 artistes contemporains dominicains, à différents stades de leur carrière, qui avaient une œuvre à proposer à la vente, afin de verser 50% de leur valeur à la création du Fonds commun “convite“. En 2020, ce Fonds a été redistribué lors d’un appel à candidatures, par tranche de 850,00 $ US à 36 travailleurs, y compris des artistes, des écrivains, des conservateurs, des gestionnaires, des militants et des projets éditoriaux.

🟡 Pour vous, de quoi les artistes ont-ils le plus besoin maintenant?

Nous comprenons que l’urgence est de continuer à travailler, c’està-dire de continuer à penser nos réalités à travers la production du sens esthétique. Cela suppose des gestes, des actions, des plateformes,
des initiatives et des programmes autogérés, basés sur le collectif, ainsi qu’une définition des politiques publiques culturelles menées et consolidées par l’État dominicain.

🟡 Vous travaillez déjà avec d’autres territoires caribéens, quel serait le but de ces relations
à moyen terme ?

Grâce à nos pratiques individuelles, nous avons établi des liens importants avec la région des Caraïbes. Nous sommes conscients de l’importance d’activer ces échanges qui, pour diverses raisons sociopolitiques, ont été négligés, relégués ou mis à l’écart, par la hiérarchisation et le conditionnement de notre regard par rapport au Nord. Nous voulions proposer un programme d’échanges que nous avons
lancé en février 2021. Ce programme, que nous avons appelé Junta, a pour objectif principal de promouvoir les dialogues entre les différents acteurs des circuits artistiques des Caraïbes continentales et insulaires et de la République dominicaine. Faisant appel à l’esprit des convites et des rencontres paysannes, ces dialogues s’articulent autour de la fête qui se définit alors comme un espace de travail, de
réflexion et d’action politique, un outil pour sentir, penser et faire.

🟡 Profitons de cet espace pour lancer une invitation à nos collègues du secteur culturel latino-américain, que voulez-vous leur dire ?

En tant que projet caribéen, nous pensons que notre contribution à des conversations plus larges, sur les savoir-faire culturels, vise à définir “la poétique de la relation “d’Édouard Glissant comme stratégie pour continuer notre savoir-faire, en favorisant les échanges proactifs et les pratiques des communautés autonomes des différents territoires du continent.

ampersan Amérique art and pandemia art et pandémie arte y pandemia Asuncion Barranquilla Caraibes Caraïbes cine cinema cultural rights culture derechos culturales direitos culturais droits culturel indigene industria musical latine Marcelo Munhoz nicolas mateus écologie

5/5

Articles Similaires

ÉDITION PLURILINGUE, La revue digitale d’Alliances Sonores

Accès direct aux articles

Pays

Plus d'articles

No more posts to show

Mots-clés

Voir la revue en ligne

Voir le pdf complet

Plus d'articles

Revuevox La revue digitale.

México

Guatemala

El Salvador

Panamá

GALERIE PHOTOS