LA DIVERSITÉ ET LES DROITS CULTURELS DE L’INDUSTRIE MUSICALE COLOMBIENNE

Propos recueillis par Carolina Bernal et Juliette Ozanne

« Ce n’est qu’une question de temps pour que les identités sonores de la Colombie deviennent de plus en plus connues ».

Nicolas Mateus est gérant et cofondateur de Discos De La Piña (Artistas manejados: Monsieur Periné, Nanpa Básico, Puerto Candelaria, Esteman, Systema Solar, La 33, Juan Pablo Vega, Superlitio)


🟡 Pourquoi pensez-vous qu’il est essentiel de parler des droits culturels en Colombie, lorsqu’on travaille avec une compagnie d’art musical ?

Je pense vraiment qu’il est essentiel de parler des droits culturels du point de vue de l’industrie musicale, étant donné leur importance en tant que partie fondamentale des droits de l’Homme et dont l’objectif est de préserver la diversité culturelle de l’humanité. En fait, je sens et je note que c’est la voie que la grande majorité des industries culturelles suivent actuellement. Avec l’industrie de la musique, nous pourrions confirmer qu’aujourd’hui nous sommes au moment où beaucoup de personnes dans le monde peuvent accéder «gratuitement» (il faut un accès à Internet) à toutes les expressions culturelles musicales dans le monde, pour les écouter et pour les apprendre Actuellement, plus de 60 % de la population mondiale a la liberté de choisir ce qu’elle veut écouter et de le lire sans coût supplémentaire par rapport à ce qu’elle paie pour son abonnement Internet.


Tout cela se produit grâce à la façon dont la musique est consommée aujourd’hui, c’est-à-dire par l’intermédiaire de plateformes numériques qui fonctionnent avec la technologie du streaming, comme YouTube, Spotify, Apple Music, Deezer, Tidal, Pandora, parmi beaucoup d’autres… Ces plateformes garantissent premièrement la mise à disposition de catalogues très étendus de toute la musique qui a été enregistrée en audio ou en vidéo. Dans un second temps, elles nous assurent que si une personne écoute la chanson sans payer par l’intermédiaire de ces plateformes, ces plateformes sont responsables d’attribuer à chaque artiste ou label un paiement pour cette écoute gratuite. Ceci étant dit, je pense qu’il est essentiel de toujours garder à l’esprit ce que sont les droits culturels et être conscient de toujours les garant.

🟡 Au cours de votre carrière, avez-vous rencontré des difficultés liées aux droits culturels ?

Je pense qu’au contraire, j’ai dû vivre de près le changement qu’a connu l’industrie musicale dans la façon dont la musique est aujourd’hui distribuée dans le monde entier et que ce type de distribution encourage la diversité culturelle. Il y a 20 ans, il était inconcevable de penser que l’on pouvait écouter 20 chansons de 20 artistes différents sans devoir changer après chaque chanson, chaque album différent, sans devoir également transporter et emporter avec soi les 20 albums de ces 20 artistes. Aujourd’hui, il est beaucoup plus courant pour les gens, en particulier les jeunes, d’écouter de nombreux artistes différents ayant des identités culturelles différentes en beaucoup moins de temps.

🟡 D’après votre expérience professionnelle, tant au niveau national qu’international, pouvez-vous nous parler des limites de l’exercice des droits culturels en Colombie ?

Il y a une très grande limite. Même si nous avons une énorme richesse culturelle et un nombre infini de styles et d’expressions culturelles en Amérique latine, au cours des 15 dernières années, on a constaté que la grande majorité de ces styles et des cultures colombiennes ne sont pas diffusés et reconnus dans les médias de masse et commerciaux. Oui, nous sommes définitivement des pays très riches culturellement, et il est triste d’accepter que nous n’accordions des espaces de diffusion et de distribution massive qu’à quelques genres musicaux et à très peu de styles musicaux. Il est également très important de mentionner que dans d’autres pays, beaucoup de nos artistes colombiens réussissent beaucoup mieux qu’ici, des pays comme le Mexique, le Chili et l’Espagne en sont de bons exemples. Ce sont des pays qui soutiennent et reconnaissent de nombreux artistes colombiens alors qu’ils n’ont pas peut-être la même reconnaissance en Colombie.


Aujourd’hui, 85% des radios musicales colombiennes diffusent du reggaeton et parmi celles-ci, certaines peuvent inclure dans leur programmation des morceaux de “danse tropicale” provenant de toute la région. Cela réduit la possibilité pour les gens de connaître et d’apprendre d’autres types d’expressions culturelles et d’identités sonores qui existent et qu’ils pourraient peut-être aussi aimer, mais qu’ils ne connaîtront jamais parce que les gens ne comprennent pas cette musique. Cela a sûrement été l’une des plus grandes limites que j’ai dû vivre, mais dans ce sens, je mentionne à nouveau et je mets en évidence le travail effectué par les plateformes de streaming telles que YouTube, Spotify, Apple Music, Deezer, Tidal, Pandora, entre autres, qui nous a permis de développer nos artistes dans toute la région de l’Amérique latine et sans nécessairement voyager ou être là en personne.

🟡 De la Piña fait-elle partie d’une communauté, d’un mouvement culturel commun qui œuvre pour la protection des droits culturels en Colombie, compte tenu que le pays ne donne pas priorité à ces thèmes au sein de l’industrie musicale?

Oui, avec Discos De La Piña nous travaillons avec des artistes de genres musicaux différents et qui s’adressent à différents publics. Nous sommes de grands admirateurs d’artistes dont l’art a réussi à conquérir des niches de marché qui admirent ces diverses expressions artistiques. Parmi ces groupes, je pense que si vous les écoutez, vous comprendrez beaucoup mieux l’énorme diversité qui existe dans notre catalogue et les artistes que nous cherchons à rendre visibles grâce à notre travail d’agence de management et de booking. Dans le domaine de la gestion, nous travaillons avec des artistes comme Nanpa Básico, Esteman, Juan Pablo Vega et Irepelusa. Dans le domaine de la réservation, nous travaillons avec encore plus de diversité avec : Monsieur Periné, Systema Solar, La 33, Puerto Candelaria, Superlitio, Rap Bang Club, parmi beaucoup d’autres…..

🟡 Avez-vous déjà travaillé avec des groupes artistiques dont les membres appartiennent à des communautés minoritaires, comme les Afro-Colombiens et la communauté gitane ? Avez-vous rencontré des difficultés à travailler sur des projets présentant ce type de particularités ?

Oui, en fait, l’artiste et le projet avec lesquels j’ai commencé à travailler dans l’industrie musicale et qui continue aujourd’hui à travailler avec nous dans les domaines du management et du booking est Esteman. Esteman est aujourd’hui l’un des visages et des activistes musicaux les plus pertinents de la communauté activiste sur les thèmes d’orientation sexuelle et d’identité de genres. Bien sûr, nous avons dû faire face à des dénigreurs et à des médias fermés, mais ceux qui l’applaudissent et le soutiennent aujourd’hui sont beaucoup plus nombreux que ceux qui ne le font pas. Un signe de cela est que dans le dernier magazine Rolling Stone au Mexique, Esteman fait partie de la couverture avec de grands artistes qui ont donné de la visibilité et du respect à la communauté LGBTQI+. Dans le passé, les artistes qui ont fait la couverture du magazine Rolling Stone ont été : Freddy Mercury, Elton John, Sam Smith, David Bowie, Cher, Juan Gabriel, Mika, Lady Gaga, parmi tant d’autres…..

🟡 Comment pensez-vous que les pratiques culturelles musicales colombiennes peuvent être rendues encore plus visibles ?

J’ai le sentiment que la Colombie est actuellement l’un des pays qui a le plus d’importance dans le monde de la musique et je ne pense pas que cela se produise uniquement grâce à J. Balvin et au mouvement
reggaeton qui est numéro 1 dans le monde. Cela influence certainement, mais la Colombie a aussi d’autres très très grands artistes dans d’autres genres et styles musicaux, qui représentent des genres musicaux dominants et visibles dans le monde entier.


Je pense que, tout comme le reggaeton a réussi à s’imposer dans le monde entier, nous devons également reconnaître qu’il existe de nombreux groupes colombiens qui ont réussi à montrer des expressions de notre folklore en les fusionnant avec des sons beaucoup plus actuels et commerciaux. Des artistes comme Bomba Estéreo, Carlos Vives, Fonseca, Systema Solar et Monsieur Periné ont fusionné différents éléments de la musique traditionnelle colombienne et les ont portés dans des lieux de grande visibilité et avec un grand respect. Je pense que nous devrions continuer sur cette voie et ce n’est qu’une question de temps pour que les identités sonores de la Colombie deviennent de plus en plus connues.

5/5

Articles Similaires

ÉDITION PLURILINGUE, La revue digitale d’Alliances Sonores

Accès direct aux articles

Pays

Plus d'articles

No more posts to show

Mots-clés

Voir la revue en ligne

Voir le pdf complet

Plus d'articles

Revuevox La revue digitale.

México

Guatemala

El Salvador

Panamá

GALERIE PHOTOS