Respirez l’art: vers un réseau d’équipements culturels durables pour Bogotá

Propos recueillis par Liliana Carolina Bernal et Maria Angelica Bejarano

À Bogotá, la municipalité via l’Instituto Distrital de las Artes – IDARTES, institution gouvernementale chargée de promouvoir et de mettre en œuvre la politique culturelle publique dans la capitale colombienne depuis dix ans, élabore des stratégies visant à réduire l’impact environnemental. Parmi ces stratégies figurent la rénovation de ses équipementsculturels et la sensibilisation de tous les acteurs impliqués dans la planification, la production et la mise en scène de spectacles de petite, moyenne et grande envergure à Bogota.

De même, la priorité a été donnée à la participation d’artistes dont les performances incluent la réduction de l’impact environnemental et la sensibilisation du public. Pour l’Alliance Française de Bogotá, il est important de rendre visible au niveau international les actions qu’un allié aussi important que l’IDARTES développe pour la préservation de l’environnement et ses bonnes pratiques en matière de gestion culturelle. Nous nous sommes donc adressés à Carlos Mauricio Galeano Vargas, directeur adjoint des équipements culturels, afin qu’il nous raconte un plus en détail sur le travail en cours.

🟡 Pourquoi parler de responsabilité environnementale dans la production d’événements artistiques et culturels ?

Il est essentiel que les artistes, les producteurs, les promoteurs culturels, les publics et les autres agents de la chaîne de valeur artistique s’engagent à concevoir des spectacles conscients de l’empreinte écologique produite lors de la programmation d’un artiste. La crise climatique est évidente et chaque activité humaine contribue à l’accélérer. Les arts doivent donc également prendre en charge leur impact, le connaître, le mesurer et prendre des mesures pour l’atténuer.

Ces actions doivent commencer immédiatement, par exemple : nous ne pouvons pas maintenir des systèmes de transport de marchandises non durables alors que les éléments scéniques ou de mise en scène peuvent être produits sur place. Autre exemple, l’industrie du spectacle ne peut continuer à maintenir l’utilisation du transport aérien privé pour quelques artistes qui ont un impact direct sur l’empreinte carbone.

🟡 Quelles sont les caractéristiques d’un scénario durable ?

Pour nous, à IDARTES, nous pensons qu’une scène artistique à Bogotá doit prendre en compte trois variables importantes sur la voie de la durabilité:

1. Efficacité énergétique : les améliorations, adaptations et changements technologiques nécessaires doivent être réalisés afin d’utiliser toujours plus efficacement les ressources liées à l’énergie et à l’eau. Dans de nombreux cas, cela implique des investissements dans les infrastructures et des actions de sensibilisation pour promouvoir des changements dans le comportement des gens afin d’utiliser au mieux les ressources disponibles dans les scénarios.

Même à moyen terme, l’objectif devrait être que chaque scénario soit en mesure de produire l’énergie et l’eau nécessaires à son fonctionnement.

2. Économie consciente : Tout spectacle qui est joué est associé à une longue chaîne de production, impliquant le transport, la nourriture, la mise en scène, les artistes, la production, la construction d’éléments, les costumes, entre autres. Ceci se matérialise dans la convergence entre l’œuvre et le public. Nous devons travailler pour que chaque maillon de cette chaîne soit conscient de l’impact de son activité et que, dès les étapes, on choisit les fournisseurs, on génère des politiques internes de bonnes pratiques et on mette en place des modèles de gouvernance en accord avec l’atténuation de la crise climatique.   

3. Implication citoyenne : À partir des scènes artistiques, il faut générer des espaces de cohésion pour que les publics deviennent progressivement des communautés qui contribuent à la mise en œuvre d’actions visant à atténuer l’impact climatique. Des actions telles que se rendre aux événements en transports publics ou à vélo, réduire la consommation de plastiques à usage unique, contribuer au tri des déchets et surtout devenir des ambassadeurs de ce type d’engagement. Dans un avenir proche, ces communautés pourront même nous aider à impliquer plus fortement les artistes qu’elles aiment dans les transformations dont la planète a besoin.

🟡 Quelles sont les limites de la mise en œuvre de ces stratégies ?

La plus grande limitation est associée à une profonde résistance au changement. Dans chacun des axes précités que nous devons mettre en œuvre, l’être humain érige des barrières (essentiellement psychologiques) qui se traduisent par une impossibilité pragmatique d’évoluer vers d’autres façons de faire ce que nous devons faire. Nous avons rencontré des positions d’artistes et de notre propre équipe qui soulèvent la «perte de qualité esthétique» associée à l’utilisation de l’éclairage LED dans les spectacles ou la «faible qualité» du maquillage non testé sur les animaux… ou nous avons même dû faire face à des questions du type «cela existe déjà ou cela a déjà été fait et cela ne fonctionne pas».

Face à ces situations, il est difficile d’avancer, mais une fois que nous commençons à démanteler ces barrières avec des preuves, les chemins deviennent plus clairs, la ressource apparaît, et le changement commence à devenir évident. En résumé, la principale limite réside dans les préventions de l’être humain que nous devons mettre en œuvre, nous transformer et évoluer vers des comportements absolument respectueux de l’environnement et responsables des effets qu’ils produisent.

🟡 Comment la stratégie de responsabilité environnementale et de durabilité d’IDARTES s’articule-t-elle avec les plans de la municipalité de la ville de Bogotá ?

Nos actions sont encadrées dans le Plan de développement de Bogotá dans l’axe associé à l’écologisation de la ville, et nous mettons en œuvre les politiques de réduction du plastique à usage unique du Secrétariat de l’environnement en les appliquant à toutes les activités d’IDARTES et pas seulement aux bureaux publics. Nous sommes également engagés dans le plan d’action climatique 2020-2050 de Bogotá.

🟡 Avec quels artistes avez-vous travaillé qui s’articulent avec la stratégie de responsabilité environnementale et de durabilité dans la réactivation économique ?

Nous pouvons citer de nombreux artistes et collectifs qui ont participé aux deux versions du forum Respirez l’art. Certains, comme Latin Latas, qui porte ce message depuis plusieurs années ; d’autres se sont engagés dans des actions spécifiques comme le troc d’éléments pour motiver l’économie circulaire, qui a réuni plus de 100 artistes du spectacle qui ont échangé des objets physiques et symboliques, ou la participation de groupes emblématiques comme Canalon de Timbiqui avec Nidia Gongora. De plus en plus d’artistes sont séduits par cette initiative et modifient leurs pratiques de production et de représentation.

🟡 Pensez-vous que Bogotá, avec ces actions, peut devenir un point de référence national et international ? Pourquoi ?

Nous sommes sûrs qu’en mettant en œuvre ces initiatives, les scènes de Bogotá deviendront une référence pour l’Amérique latine, car nous disposons de l’un des plus grands réseaux d’espaces publics du pays et d’un système de festivals qui, en mettant en œuvre ces actions, peuvent changer la façon dont l’art vivant est fait dans les villes. À la fin de l’année 2022, nous publierons notre guide des spectacles verts qui permettra une application simple de chaque composant en fonction de la particularité de chaque scénario, sachant que ce type de transformations se produit de manière asynchrone et asymétrique en fonction des besoins et des progrès des organisations. Ce guide pourra donc être utilisé par n’importe quel théâtre ou festival de la ville et, dans une deuxième phase, il disposera d’un développement technologique qui facilitera sa mise en œuvre et son suivi.

🟡 Quelles stratégies les lieux et entreprises culturels doivent-ils mettre en œuvre pour être écologiquement responsables et durables ?

Surtout, des stratégies associées au changement de comportement de leurs équipes de travail, des modèles d’intervention qui font changer les vieilles habitudes et génèrent progressivement des transformations dans les cultures des organisations. Pour que cela dure, nous devons faire en sorte que toutes les personnes qui font partie de la chaîne artistique prennent conscience de l’impact de leurs actions et assument la responsabilité des changements, même minimes, conciliant ainsi petits pas et grandes transformations, mais sans cesser d’avancer, même un instant.

ampersan Amérique art and pandemia art et pandémie arte y pandemia Asuncion Barranquilla Caraibes Caraïbes cine cinema cultural rights culture derechos culturales direitos culturais droits culturel indigene industria musical latine Marcelo Munhoz nicolas mateus écologie

5/5

Articles Similaires

ÉDITION PLURILINGUE, La revue digitale d’Alliances Sonores

Accès direct aux articles

Pays

Plus d'articles

No more posts to show

Mots-clés

Voir la revue en ligne

Voir le pdf complet

Plus d'articles

Revuevox La revue digitale.

México

Guatemala

El Salvador

Panamá

GALERIE PHOTOS